http://www.ivanov.ch/sitemap.xml.gz

Crossocheilus siamensis,


Ancien nom : Epalzeorhynchus siamensis

Nom Commun: Barbeau à raie noire, Flying Fox Siamois

En anglais :

SAE : Siamese Algae Eaters


Originaire d’Asie du sud-est, enThailande ainsi qu’en Malaisie.

Les Crossocheilus siamensis sont réputés comme des poissons mangeurs d’algues et plus particulièrement consommateurs d’algues rouges, ils s'attaquent aussi aux planaires.

Originaires de Malaisie, de Thailande, du Cambodge et du Laos, ils sont importés en Europe depuis 1962, ils sont très répandus dans les commerces européens depuis une trentaine d’années.

C'est un poisson qui est tout le temps en mouvement et qui se repose posé sur une feuille ou sur le décor, en appui sur ses nageoires pelviennes et pectorales.. Il a bon caractère et peut être maintenu seul ou à deux ou en groupe. .Il y a beaucoup de poursuites, mais pas de vraies bagarres! Bon sauteur , il lui faut un bac fermé si on veut pas le retrouver sur le tapis ! 

Leur croissance est très rapide, ils mesurent une dizaine de centimètres en 2 ans environ. Ils peuvent vivre une dizaine d’années et comme ils deviennent assez grands ce ne sont pas des poissons à placer dans un bac de 60 litres

Voir aussi la page consacrée au biotope sud-asiatique 

Attention ! 

Plusieurs poissons sont vendus sous le nom de mangeur d’algues siamois, ils ont la même origine géographique et sont souvent mélangés dans les envois des exportateurs, mais ils ne sont pas tous aussi efficaces dans la lutte contre les algues.

Les erreurs les plus fréquentes impliquent les Crossocheilus siamensis et les Epalzeorhynchus kalopterus. On reconnaît ces derniers en observant la ligne noire qui est surmontée d’une bande brune presque dorée et dont la couleur du corps tire sur le brun clair avec des nageoires un peu jaunes.

Seul le Crossocheilus est un bon mangeur d’algues, sociable et de caractère agréable en bac communautaire.

Pour les différencier, il faut observer les nageoires et la ligne sombre : chez les Crossocheilus la longue ligne noire a des bords irréguliers et couvre aussi une partie de la queue alors que chez les "Faux siamois" la coloration s’arrête au début du pédoncule caudal
Du point de vue de la taxonomie, le genre Crossocheilus diffère d'Epalzeorhynchus par les lobes nasaux

Les  Crossocheilus siamensis

sont réputés comme des poissons mangeurs d’algues et plus particulièrement consommateurs d’algues rouges, mais il ne faut pas les réduire à cette seule fonction, ce sont aussi de beaux poissons vifs et joueurs qui ont une place dans tout bac asiatique.Originaires de Malaisie et de Thailande, ils sont importés en Europe depuis 1962, ils sont très répandus dans les commerces européens depuis une trentaine d’années, mais semblent plus difficiles à trouver aux USA et au Canada.

Ils apprécient une eau bien brassée et on les voit souvent jouer dans le courant de rejet du filtre. Ce sont des poissons grégaires qu’il est bon de garder en petit groupe de 5ou 6 individus, ou tout au moins par paire mais pas tout seul. Ils restent ensemble et passent du temps à se poursuivre les uns les autres. Il y a beaucoup de courses, mais pas de vraies bagarres.


Elevé seul il pourrait devenir intolérant et déranger les autres poissons du bac. (comme les Botia macracantha…). Bons nageurs, ils sont aussi bons sauteurs et il leur faut un bac fermé si l’on ne veut pas les retrouver sur le tapis !

Quand ils vieillissent, ils passent le plus clair de leur temps au repos, posés sur une feuille dans un rayon de soleil, si le bac reçoit de la lumière naturelle. Ils ont une curieuse façon de se tenir au sol ou sur une pierre, comme appuyés sur leurs nageoires pelviennes et pectorales et non pas posés sur le ventre. Les jeunes eux sont plus actifs et toujours en mouvement. Ils vivent à tous les niveaux du bac, à la recherche d’algues sur le décor, sur le sol comme sur les plantes. Leur attitude envers les autres poissons est tout à fait paisible, mais s’ils sont sociables et curieux quand ils sont jeunes, ils peuvent devenir un peu plus agressifs en vieillissant. Ils n’ont pas besoin d’abri et hésitent à pénétrer dans les cavernes ou les grottes, même s’ils y trouvent des algues.

Description

Quand il est jeune c'est un poisson mince et fuselé, forme typique des poissons vivant dans les courants, dont le corps gris et écailleux est parcouru d’une longue bande noire horizontale. Cette ligne sombre couvre les flancs horizontalement, du nez jusqu’au bout de la queue, elle est faite d'écailles noires, qui font comme un zigzag sur le corps et dont les bords sont irréguliers. Le ventre est blanc Les nageoires sont entièrement transparentes et dépourvues de toute coloration, on n’y voit ni rouge, ni orange. 

Quand ils sont stressés, leur couleur s’atténue fortement et la ligne devient très peu visible. La bouche porte une paire de barbillonsLa taille maximale est de 15 centimètres en aquarium, mais on trouve des adultes sauvages un peu plus grands. En grandissant ils s’épaississent. Leur vessie natatoire n'est pas très développée, ce qui fait qu’ils doivent nager tout le temps sinon ils ont tendance à couler. Leur nage est rapide et brusque, ils avancent par bonds successifs.

Leur croissance est très rapide, ils mesurent une dizaine de centimètres en 2 ans environ Ils peuvent vivre une dizaine d’années. Les femelles adultes sont souvent un peu plus grosses que des mâles, mais ne présentent aucune autre différence sexuelle.

Nourriture

Ce sont des poissons omnivores, capables de digérer de la nourriture végétale et des protéines d’origine animale, mais qui marquent une nette préférence pour les végétaux y compris les algues. À part des algues vertes filamenteuses et parfois les audouinella (algues rouges) les Crossocheilus siamensis mangent volontiers divers légumes, du concombre, de la courgette, des feuilles de salade ou d’épinards, légèrement ébouillantés ou même crues.Ils consomment aussi des larves de moustiques, des daphnies et divers insectes et chose intéressante, ils s'attaquent aussi aux turbellaridés ce qui fait d’eux des auxiliaires très utiles dans la lutte contre les planaires.

Ils nettoient efficacement les algues qui poussent sur les plantes mais sans les abîmer ni les râper comme le font les Ancistrus par exemple. Ils ne détruisent pas les feuilles des plantes ni les jeunes pousses. Ils consomment très volontiers les algues vertes et les filamenteuses et s’il ne trouve rien d’autre, ils mangeront aussi des algues pinceaux. Mais attention, quand on les nourrit régulièrement avec de la salade ou des légumes, ils deviennent paresseux et ne consomment plus beaucoup d’algues. Si on leur laisse le choix, ils préfèrent le concombre aux algues ! Ils mangent parfois des lentilles d’eau (Lemna minor) ou des Limnobium quand ils ne trouvent pas de végétaux à leur goût

.

Les seuls poissons qui mangent vraiment et efficacement les algues pinceaux sont les 

Panaque nigrolineatus

. Le problème est que ce sont des gros poissons, qui mesurent facilement 40 à 60 centimètres et n’ont généralement pas assez de place dans un bac quand ils sont adultes.


Ils sont peu exigeants quant aux paramètres du bac et supportent une température comprise entre 24 et 30 degrés et un pH entre 6 et 8 mais l’idéal est une eau neutre et pas trop dure. Ils tolèrent un dGH entre 5° et 20 °. On peut donc introduire des Crossocheilus dans la plupart des aquariums communautaires d’une centaine de litres au moins si l’on ne se soucie pas de la provenance géographique des poissons.

Des individus plus petits et plus jeunes peuvent être installés temporairement dans un aquarium d’une cinquantaine de litres, mais pour des adultes, il ne faut pas descendre en dessous de 100 litres. L'eau de leur aquarium devrait simplement être propre et bien oxygénée, parce qu'ils vivent à l’état sauvage dans des rivières rapides et claires.Comme ils ne montrent aucune agressivité, on peut les faire cohabiter avec la plupart des poissons qui apprécient une eau moyennement douce et au pH neutre. Mais quand ils sont maintenus en groupe ils sont très remuants, et l’on constate que leur activité incessante perturbe parfois certains poissons calmes comme les Kryptopterus  qui ont besoin de colocataires tranquilles pour se sentir bien...

On les reproduit comme certains Botia, dans de grands étangs proches des rivières et avec des stimulations hormonales, mais ils ne sont pas encore régulièrement élevés en aquarium, la plupart des poissons sont donc d’origine sauvage ou élevés en semi-liberté dans de grands bassins. Selon les mois, ils ne sont pas disponibles en magasin, car la pêche est saisonnière.

La reproduction spontanée est rare et les pontes sont peu prolifiques. (30 à 40 œufs ). Ils ont parfois été reproduits en aquarium, mais souvent par hasard, et sans savoir vraiment ce qui a déclenché la reproduction.

Le bac peut être décoré de branches, de roches et de pierres non calcaires. Pour aménager l’aquarium, on peut utiliser des racines de Mopani, préalablement bouillies pour éliminer les micro-organismes et une partie des tanins, posées sur un fond sablonneux et entourées de plantes : Crinum thaianum, Hygrophila difformis, Cryptocoryne, Hygrophila polysperma, Hygrophila corymbosa,Vallisneria, Limnophila, Ceratopteris thalictroides , Vesicularia Dubyana

Population suggérée

Les rivières et ruisseaux asiatiques sont peuplés par grand nombre de poissons d’aquarium bien connus. Un bac de type "asiatique" de 200 litres par exemple, peut abriter une population selon ce modèle

Un groupe de 6 à 10 Rasbora heteromorpha
6 ou 8 Crossocheilus
5 Barbus à tête pourpre (Barbus nigrofasciatus)
5 Barbus pentazona
8-10 Danio
5 Botia Sidthimunki


Pour ne pas se tromper

nageoires sombres et ligne noire lisse =   Epalzeorhynchus kalopterus

les nageoires transparentes et la ligne en zig-zag = Crossocheilus siamensis, Epalzeorhynchus siamensis

Les nageoires oranges = "Faux Siamois" Garra taeniata 


Références : 

http://www.thekrib.com

Axelrod, H. 1989: Atlas of Tropical Freshwater Aquarium Fishes. TFH, NJ.
Mills, D. et al 1988: Tropical Aquarium Fishes. Tetra Press, NJ.
Petrovicky, I. 1988: Aquarium Fish of the World. Arch Cape Press, New York.
Riehl, R. and Baensch, H.A. 1989: Aquarium Atlas (Volume 1), MERGUS, Germany.
Smith, H.M. 1945: The Fresh-water Fishes of Siam, or Thailand, Bulletin 188. Smithsonian Institute, Washington D.C.
Algae Eating Cyprinids from Thailand and Neighboring Areas". 1994 N. Frank and L. Sarakontu (Aquaticgardeners/cyprinid.php) 


Cet article a paru en octobre 2003, dans numéro 206 d'Aquarium Magazine

©Véronique Ivanov

© veronique 2016