Engrais, sol riche

Les plantes ont besoin pour grandir de nombreuses substances, en quantité minime. « La croissance des végétaux est limitée par l’élément dont la concentration est inférieure à  une valeur minimum sous laquelle les synthèses ne peuvent plus se faire ». C’est ce qu’on appelle « La loi du minimum de Liebig »  (1840. chimiste allemand ). Si un seul élément manque, tout le processus d’assimilation est bloqué. S’ il y a surdose, ces mêmes substances deviennent toxiques ! Les plantes ont besoin de tous les éléments en même temps pour grandir .

Par exemple si l’éclairage est très bon mais que le sol est trop pauvre, ou s’il manque de Co2 malgré d’excellents engrais… les plantes survivront mais pousseront très mal. Certaines étant plus tolérantes, plus faciles que d’autres. ( voir la page qui parle du Co2)

Elles utilisent l’énergie lumineuse pour extraire le Carbone et l’utiliser à la fabrication des glucides .On parle de photosynthèse qui produit de l’oxygène .

Les plantes se nourrissent par leur feuilles et certaines par leurs racines, d’où l’intérêt de placer un sol nutritif au moment de l’installation du bac. Il faut y mettre du Calcium, du Magnésium, du Potassium et du Fer. Le Fer permet à la plante de fabriquer de la chlorophylle)

Les oligo-éléments ( Bore, Fer, Chlore, Cuivre, Zinc, Manganèse, et Molybdène) sont des catalyseurs qui permettent les réactions vitales pour les végétaux (respiration, transport d’énergie, photosynthèse, etc.). D’autres éléments comme le Sodium, le Silicium, le Cobalt, …. doivent aussi être présents ,mais en très petite quantité.

Azote, Phosphore et Potassium sont des macro éléments présents en plus grande quantité .

Le fer est un oligoélément (le plus consommé quantitativement parlant dans les oligoéléments) Les autres oligoéléments reconnus comme indispensables aux plantes sont : bore, cuivre, manganèse, molybdène et zinc. Le reste c’est du bonus mais nullement indispensables .

Si les plantes sont carencées , leurs feuilles peuvent se déformer, leur couleur peut varier, leur pousse est ralentie.

On peut acheter un « sol technique »  déjà  chargé en nutriments mais qui risque de modifier les paramètres de l’eau .  Ce  mélange se place sous une bonne couche de sable. On peut l’utiliser seul mais il est volatile et léger donc parfois c’est difficile d’y faire tenir des plantes. Certains utilisateurs recommandent de bien le rincer ( Manado par ex) certains l’utilisent tel quel, sans le recouvrir.) Après quelques mois/ années  de toutes façons le sol sera épuisé et l’ajout d’engrais à enfouir sera nécessaire

 


Créer soi-même un sol riche .

Les magasins aquariophiles proposent de nombreuses marques de sols enrichis ou d’engrais à mélanger au sable . On peut préparer son propre mélange , en utilisant selon les exigences des plantes qu’on envisage

  • de l’argile verte, ( 20-30 %) ,
  • du sable de Loire ( 40-60%)
  • de la vraie terre de Bruyère (20-30% )
  • éventuellement de la tourbe ou du charbon en petite quantité. Ces chiffres représentent des volumes et pas des kilos…

Pour info , un sac de 40 litres de terre de Bruyère pèse environ 15 kg et 1 kg de sable fait +- 0,660 litre.

Il faut mélanger ces composants et ne pas les mettre en couche successives ! On mélange d’argile en poudre, le sable et la terre de bruyère on humidifie bien . On obtient une espèce de pâte qui doit être tassé afin qu’il soit impossible qu’il y ait encore des bulles d’air dedans. Puis on recouvre le mélange de quelques centimètres de sable de Loire ou de sable de quartz poli. Bon courage, c’est lourd et fatiguant !

Il est possible d’employer de l’argile de potier, qu’on utilise pour les modelages et qu’on trouve facilement dans les magasins qui vendent des fournitures pour les bricolages. Ca se trouve généralement en paquets de 5 ou 10 kg. On trouve aussi de l’argile en poudre, en droguerie, utilisé pour les cataplasmes. L’argile est utilisée pour sa faculté de stocker les minéraux et de les libérer au fur et à mesure des besoins des plantes, les qualités de l’argile verte s’expliquent en grande partie par sa structure physico-chimique, sa richesse en sels minéraux et en oligo-éléments.

L’argile vert est généralement de la Marne verte donc calcaire. Le produit vendu par Argiletz, a une teneur en oxyde de calcium qui est de l’ordre de 8 % en masse. Il semblerait donc que cet argile vert ait un pouvoir durcissant, si on veut un bac d’eau douce et qu’on ne veut pas voir augmenter pH, GH et KH il vaut mieux employer de l’argile blanche , qui ne contient pas de sels minéraux et n’influence pas les paramètres. http://www.argiletz.com

Il est plus difficile de trouver de la « vraie » terre de Bruyère, la plupart des jardineries vendent des terres « dites de Bruyère  » qui contiennent des ajouts de nitrates, de phosphates, des fongicides et des engrais divers. On doit bien lire les indications de composition qui sont imprimés sur les paquets. Attention aussi de ne pas mettre du terreau qui risque de se décomposer dans l’eau en fermentant ..

On peut recouvrir ce mélange d’un filet ou d’une toile non tissée pour éviter que les poissons fouisseurs ne le remontent à la surface et on le recouvre de 6 ou 8 cm de sable de Loire. Le sable ne joue pas un rôle actif en ce qui concerne la nutrition des plantes mais il permet d’aérer le substrat et de favoriser la prolifération des racines. Sa granulométrie ne doit pas être trop petite pour éviter un colmatage du sol.

Tamisage de la terre de Bruyère

Mélange de l’argile en poudre et de la terre

mise en place , mélangé avec du sable de Loire fin

——

Il faut bien tasser


le mélange où l’on voit encore quelques bulles d’air qu’il faudrait faire disparaître

recouvrir de sable lavé

Photos © Philippe Piantino

Attention un sol de ce genre n’est pas utilisable avec un cordon chauffant. On risque des fermentations dues au fait entre autres que ce sol doit être très tassé et que donc la création de courants d’eau n’y est pas favorable. On peut aussi placer de la latérite dans le sol et distribuer régulièrement ( tous les jours ) des engrais liquides. Si on a omis d’installer un sol riche au démarrage du bac, il est possible d’introduire sous le sable des engrais sous forme de boulettes ou de pastilles sans avoir besoin de refaire tout l’aquarium.

Bon nombre d’ éléments nécessaires (Phosphore, Manganèse, Cobalt, Fer,Azote,)…. sont apportés lors des changements d’eau, (si on n’utilise pas 100% d’eau osmosée !) et surtout lors des distributions de nourriture .

Quelle que soit la méthode choisie , il ne faut pas oublier les engrais liquides, à ajouter quotidiennement pour compenser les éléments nutritifs consommés par les plantes.

Lire aussi cette page d’Hilario qui détaille les quantités à utiliser .
Je recopie ici son tabeau , mais il faut aller lire toute sa page pour connaître les détails intéressants sur les diverses sortes de terre, de sable et d’argile à employer.



Cordon chauffant

Le rôle d’un cordon chauffant n’est pas de chauffer l’eau de l’aquarium en remplaçant le combiné chauffant, ni de vraiment chauffer le sol,( on ne veut pas cuire les racines …) mais de produire une douce chaleur qui va monter du sol vers le haut du bac. Généralement on le fait fonctionner en continu à une température un peu inférieure à celle de l’eau du bac.

Rappel : Les cordons chauffants n’ont rien à faire dans un sol composé d’argile et de tourbe, ils vont le faire fermenter !

Voir la page qui détaille le choix des cordons chauffants et la mise en place

 


Cette page est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Common  Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’identique
 veronique 2016