Du relief, créer une colline

Faire une colline dans un bac pose effectivement quelques problèmes de réalisation. Voici quelques pistes, il y en a sans doute d’autres…

Faire un « tas » de sable : solution simple qui ne durera pas bien longtemps (3 à 6 mois). Le sable va progressivement s’étaler (encore plus vite avec des poissons fouisseurs, des crevettes, etc…). A oublier !

Il faut donc fabriquer une charpente pour faire « tenir » la colline.

- Bas en nylon rempli de sable : c’est le moyen le plus simple . On fait des boudins que l’on recouvre de sable. La tenue n’est pas excellente dans le temps car les boudins ont tendance à se dégarnir du sable qui les recouvre. Esthétiquement on peut les dissimuler avec pierres et racines et en prenant des bas de la couleur la plus proche du sable. Les plantes s’y enracinent malgré tout, ce qui ajoute à l’esthétique lorsque ces boudins se dégarnissent du sable qui les recouvraient.

- Assembler des pierres (les coller entre elles avec de la colle au silicone pour aquarium, simplement pour éviter un effondrement intempestif). Excellente tenue dans le temps avec quelques inconvénients. D’abord il est difficile d’avoir une courbe harmonieuse de cet amas, et le recouvrir de sable présente toujours l’inconvénient de voir le sable dégarnir cet amas de roche. De plus, les plantes auront quelques difficultés à s’enraciner. Enfin la masse de pierre réduit d’autant le volume d’eau « réel » de l’aquarium.

- Assemblage de boîtes et tuyaux en plastique. L’avantage est de pouvoir faire à peu près ce que l’on veut en collant (ou en soudant à la chaleur) ces enchevêtrements. On peut former des terrasses avec des boîtes sans couvercle où les plantes pourront s’enraciner sans problème (y compris avec des sols enrichis). En perçant les boîtes qui constituent le coeur de la colline, on ne perd pas de volume d’eau et on améliore la circulation d’eau au sein même de la colline, constituant ainsi une réserve de bactéries de la plus grande utilité !… On peut aussi faire des grottes pour les poissons qui apprécient ces caches « naturelles ». Le gros souci de cette méthode est de parvenir à obtenir un rendu esthétique qui ne soit pas trop « cubique ».

- Former un sol en résine. Le principe de base et la fabrication de l’ossature est le même que ci-dessus, mais on recouvre l’assemblage d’une toile (laine de verre) que l’on imbibe d’une résine de qualité alimentaire (par exemple la SoloPlast R123 et son durcisseur R614). Il s’agit d’un gros boulot, mais le résultat est impeccable pour peu que l’on ait pris la peine de teinter la première couche de résine avec des colorants alimentaires et/ou de saupoudrer la dernière couche de résine avec du sable fin. Il faut ensuite percer des orifices un peu partout (à des endroits invisibles), afin de permettre une circulation d’eau entre le coeur de la colline et le reste du bac. Y intégrer une petite pompe (genre pompe de fontaine d’intérieur) est aussi une bonne solution pour assurer un léger courant à l’intérieur de cette colline artificielle qui a tout d’une vraie !…

Voilà quelques idées de la plus simple à la plus élaborée…

© Joloize pour Aquagora