La Rochelle

L’aquarium de la Rochelle

L’aquarium de la Rochelle est connu de tous les aquariophiles marins…
L’exposition actuelle date de l’an 2000. Plus de 15 millions de visiteurs ont déjà pu admirer les bacs peuplés de poissons, invertébrés, tortues et requins.L aquarium a été créé en 1970 et agrandi et déménagé deux fois déjà.

Plus des 3/4 de la surface de l’aquarium sont ouvert au public, la zone privé est relativement modeste par rapport au travail qui s’y fait : Maintenance, analyses diverses , recherche et reproduction ..

Nous avons eu la chance en mai 2012 d’accéder aux coulisses de l’aquarium, guidés par Mathieu Coutant, qui nous a fait découvrir en détail la face cachée

l’entrée

les bacs d’expo

tout est détaillé , de façon très didactique

Le bac des requins fait 1,5 mio de litres, et dispose de filtres à sable (silice), semblables aux filtres utilisés sur les piscines : 9 pompes en cascade pour 9 gros filtres de plus de 2,30 m de diamètre !

La cuve maîtresse de l’expo, visible depuis les 3 étages, abrite plus de 20 requins, et des tortues,

divers récifs

des gros poissons, en bonne santé et pas craintifs

12’000 spécimens de 600 espèces différentes, dont 6000poissons

l’aquarium propose 73 bacs
(dont 9 très grands aquariums en béton qui ont étés construits dans la structure même du bâtiment)

(©Photo Aquarium la Rochelle)

(©Photo Aquarium la Rochelle)

Les immenses bacs de 30 à 150 m3… ont été conçus lors de la construction du bâtiment et sont en béton.

(©Photo Aquarium la Rochelle)

Les bacs de « petite taille » jusqu’à 3000 Litres sont construits en polyester et méthacrylate ( qui remplace le verre) puis déplacés d’une pièce et mis en place.

(©Photo Aquarium la Rochelle)

Plus de 10 cm d’épaisseur de vitres

Ce matériau permet des formes arrondies, et des vitres sans collages ni renforts

Une vitre de méthacrylate de 10m de long pèse 11 tonnes !

(©Photo Aquarium la Rochelle)

les filtres

filtration du bac des requins

Les gestes sont les mêmes que ceux que nous pratiquons dans nos bacs à la maison mais les volumes changent l’approche…Le charbon est acheté à la tonne, les tuyaux parcourent plus de 18km et les filtres mesurent 2 m de haut ! la hauteur d’eau implique l’utilisation de lampes HQI

Pompes de circulation pour le bac des requins, 630m3 par heure.

Le bac des requins fait 1’500’000 litres, et dispose de filtres à sable (silice), semblables aux filtres utilisés sur les piscines : 9 pompes en cascade pour 9 gros filtres de plus de 2,30 m de diamètre !

Grâce à ces pompes l’eau des requins est filtrée au rythme de 630m3 par heure.
La cuve maîtresse de l’expo, visible depuis les 3 étages, abrite plus de 20 requins, des tortues,

18 km de tuyaux….

Reproduction des coraux

une des cuves pour faire grandir les boutures de coraux

La hauteur d’eau implique l’utilisation de lampes HQI

De grandes cuves éclairées par des puissants HQI
permettent de bouturer les coraux et de réussir aussi la reproduction sexuée d’invertébrés sessiles. Tous les massifs coraliens ont été élevés sur place et il n’y a plus de prélèvement sur les récifs.

un filet évite que les poissons puissent sauter hors de l’eau.

salle des filtres au sous sol

Pour présenter ces aquariums au public il y a toute une équipe qui travaille : 7 techniciens et 7 biologistes prennent soin des animaux et du matériel. Il faut être technicien, électricien, plongeur et soigneur, cuisinier et chimiste… d’autres accueillent le public, vendent des billets et gèrent la boutique, plus de 30 personnes s’activent chaque jour pour la bonne santé des animaux et la maintenance des aquariums.

filtre gravitaire en sous sol.

Les bacs de petits volumes ont une filtration commune mais chaque aquarium de plus de 3m3 dispose de son propre filtre : une filtration mécanique et une filtration biologique. Ceci évite les risques sanitaires et les éventuelles transmissions de parasites ou de maladies.

La zone technique est installée au sous sol et l’eau tombe simplement dans les cuves de filtration, L’eau est captée par débordement, dans d’étroites décantations

Les aquariums récifaux dans les quels vivent et grandissent des coraux sont les seuls qui ont une eau fabriquée avec des sels reconstitués et qui sont régulièrement enrichis en oligo éléments. Les apports sont automatisés et fréquemment contrôlés. Il n’y a ni réacteur à calcium ni Co2…

Le mélange se fait dans 2 cuves de 200L d’eau osmosée, par ajout de 8 kg de Chlorure de calcium, 100 gr de Chlorure de Strontium et 4kg de Magnésium ; dans la 2è cuve , pour 200 Litres d’eau on ajoute 6,5 kg de Bicarbonate de soude et 1150 g de carbonate de soude.

Les mousses bleus sont régulièrement lavées dans 2 machines .

L’osmoseur fabrique 3m3 d’eau par jour, qui sert essentiellement pour les brumisateurs de la serre

On ne peut pas se contenter d’une raclette ou d’un aimant pour nettoyer les vitres : elles sont trop épaisses… L’entretien des cuves se fait par l’intérieur, chaque matin avant l’ouverture, des plongeurs se mettent à l’eau pour nettoyer 7 ou 8 bacs et faire les vitres, remettre une pierre en place et nettoyer le décor..

Entre 2 plongées ils se douchent pour éviter tout risque de contamination

Par souci d’hygiène, chaque bac dispose de son matériel dédié, filets et épuisettes.

Le chauffage du bâtiment ainsi que celui des aquariums, ou le refroidissement pour certains d’entre eux, est assuré par des pompes à chaleur aqua-thermiques ; il y a plus de 100m2 de panneaux solaires, qui permettent un gain de 3 à 4 degrés.

Les échangeurs thermiques sont sensibles à la corrosion !.

filtre et UV retour

Les gestes sont les mêmes que ceux que nous pratiquons dans nos bacs à la maison mais les volumes changent l’approche…Le charbon est acheté à la tonne, les tuyaux parcourent plus de 18km et les filtres mesurent 2m de haut !

Tous les paramètres des aquariums sont contrôlés par ordinateur. Chaque aquarium est équipé de sondes, et géré par le programme de Gestion technique Centralisé (GTC) qui déclenche des alarmes en cas de dérive et font sonner une alerte lorsque les portes des salles sont ouvertes. les salles de quarantaine chaude et froide, les espaces interdits au public, la cuisine, les locaux techniques… ne s’ouvrent qu’avec des passes et des cartes codées.
Toute la gestion est informatisée.

Nourriture
La cuisine stocke 2 mois de réserve, les poissons, coquillages, mollusques et crevettes… sont achetés frais, et congelés sur place. La décongélation se fait dans des grands frigos, et l’eau est jetée.

Pour nourrir les alevins on produit sur place des rotifères, et 500gr d ‘Artemias par jour

Les repas sont composés de chair de poissons, de coquillages, crevettes … plus de 18kg sont distribués chaque jour. En 10 ans il a été distribué environ 50 tonnes d’aliments frais ou secs, sous forme de granulés

;

Il y a des distributeurs de granulés sur certains bacs d’élevage pour assurer une alimentation régulière.

.

En tout plus de 3 millions de litres d’eau salée et seulement 2 bacs d’eau douce dans la serre, la rivière des tortues et le bac des Pacu et Pirahnas. …

Les salles qui ne se visitent pas….

Il y a 150 aquariums qui servent à la reproduction, l’élevage ou la mise en quarantaine des poissons, invertébrés et coraux.

Le long des murs sont alignées des bacs rectangulaires , les plus petits de 250L et d’autres de 800 et 1000L et dans les salles il y a des grandes cuves rondes de 3m3 à 8m3

Salle de quarantaine froide, maintenue à 15°C

Tout nouvel arrivant est traité aux ATB et déparasité avec une solution à base de cuivre puis observé en quarantaine avant d’être introduit dans les bacs d’exposition.

Dans une autre salle, 12 bacs de 1600L permettent de reproduire et faire grandir des poissons, et de soigner d’éventuels malades ou des poissons blessés.

Quarantaine chaude où sont élevées les méduses

L’aquarium de la Rochelle maîtrise bien la reproduction des méduses Aurelia aurita. L’espérance de vie étant relativement courte (moins d’une année) il faut élever des centaines d’individus pour être capable d’en présenter de toutes les tailles en exposition.

Leur reproduction s’effectue en deux phases. Les méduses sont vivipares, la femelle ingère les spermatozoides lâchés par les mâles , et porte les œufs fécondés qui vont donner naissance à des larves appelées planula. La 1ère phase est donc sexuée, ensuite les larves vont être expulsées par la bouche de la mère et se déplacent en pleine eau, grâce à des cils, avant de se fixer.

Là débute la seconde étape, une multiplication par bouturage : une fois fixée, les larves se transforment en polype (qui ressemble à une petite anémone) qui va grandir, et se multiplier pour donner une colonie qui ressemble à une pile d’assiettes, et finalement au printemps, le polype transformé par scissiparité, va se détacher et donner une minuscule larve de méduse qui va grossir en eau libre.

l’Aquarium élève régulièrement des pontes de P. kauderni, de poissons clowns et d’hippocampes en plus de l’élevage des méduses qui sont présentes dans plusieurs bacs de l’expositions .

L’aquarium de la Rochelle parvient même à reproduire des Anisotremus virginicus, pondeur d’œufs pélagiques !

Prélèvement des larves

Les bacs sont remplis avec de l’eau de mer naturelle : chaque jour un camion apporte 25’000 à 30’000l d’eau de mer prélevée à une dizaine de km de la Rochelle, chez un ostréiculteur ; cette eau est contrôlée puis stockée dans 2 cuves de 75’000L installées au sous sol. Elle est filtrée par décantation puis à travers un filtre à sable et stérilisée par UV. Ces 150’000l d’eau représentent le volume nécessaire pour les changements d’eau d’une semaine. Environ 1% du volume des bacs est changé chaque jour, ce qui représente 30’000L d’eau salée à rejeter. Cette eau « sale » est utilisée pour laver les filtres et rincer les masses filtrantes puis elle est épurée, filtrée et stérilisée en passant sous des lampes UV, avant d’être rejetée dans le port de la Rochelle

et des belles photos de méduses et des aquariums
et poissons sur le site du photographe de cette journée :  Ph Capdevielle

Texte et photos pour Zebrazo’mag 2012.