Les poissons qu’il ne faut PAS acheter

Tous les poissons ne sont pas de bons poissons d’aquarium

Avant d’acquérir des poissons il faut se poser un certain nombre de questions :

  • L’eau du bac va-t-elle leur convenir ?
  • Seront-ils compatibles avec les autres poissons ?
  • Le volume est-il adapté à leurs besoins

Depuis quelques années l’imagination des éleveurs de poissons n’a plus de limites ! On hybride, on croise, on colorie artificiellement, on sélectionne tant et plus les poissons pour finir par créer des animaux n’ayant parfois plus qu’un lointain rapport avec ceux qui nagent encore dans les rivières.

L’aquariophile est celui qui « aime les poissons » mais peut-on encore parler de poissons devant certaines créations ?
Les aquariophiles soucieux de naturel s’effarent devant ces pratiques, mais bien d’autres se contentent de trouver ça joli ou amusant.… Beaucoup d’acheteurs pensent même que ces teintes sont naturelles et évidemment, les marchands ne les détrompent pas..

atb

Des poissons fragilisés

Des espèces sont élevées en quantité industrielles, sous des lampes UV, à grands coups de médicaments et de produits chimiques et ont du mal ensuite à survivre dans nos bacs.Il faudrait donc prendre le temps de bien se renseigner et ne pas acheter de poissons sur un coup de tête

Pourquoi ne devrait-on pas acheter certains poissons ?

Ils ne sont pas toujours difficiles à conserver ou à alimenter, mais ils ont certaines exigences généralement passées sous silence. Si tous les poissons étaient achetés en connaissance de cause, par des amateurs éclairés, bien renseignés sur leurs besoins, il n’y aurait aucun problème à les proposer à la vente…

Mais combien de gens achètent un bac et le peuplent sans trop réfléchir, selon leur goût personnel, 3 poissons jaunes, 4 rouges et ces 2 bleus-là ? Sans oublier de prendre aussi les nettoyeurs et les laveurs de vitres ! et surtout sans tenir compte de leur mode de vie, des paramètres de l’eau qui leur est indispensable ou de leur taille une fois adulte ?
Il est évident qu’on ne peut prétendre à reconstituer vraiment un morceau de nature dans le petit volume fermé qu’est un aquarium, mais l’on peut au moins tenter de l’adapter au mieux aux besoins des espèces qu’on choisit de maintenir.

Les exemples les plus courants des poissons peu adaptés à un aquarium communautaire de 100 à 200 litres, sont les Botia macracantha, les Plecostomus, et certains gros Cichlidés. Ces poissons deviennent grands, trop grands…Il s’agit de poissons vendus très jeunes, mesurant quelques centimètres, mais qui atteignent dans la nature plus de 30 cm, et parfois même 40 à 50 cm selon les espèces. Mais aucune indication précise de leur taille à l’âge adulte n’est mentionnée dans la boutique.

clown_loach_big

Le meilleur (ou le pire) exemple concerne les Botia qu’on trouve dans tous les magasins, à un prix modique : Ces poissons ont besoin de vivre en groupe, et non pas seuls, ils atteignent facilement une trentaine de centimètres à l’âge adulte et malgré cela, ils sont vendus comme «La Solution Aux Problèmes Des Escargots» à toute personne se plaignant d’invasion d’escargots dans son aquarium ; Ceci sans tenir compte du fait que les Botia ont besoin d’espace et ne devraient pas être placés dans un bac de moins de 250 à 300L (et encore ce chiffre est vraiment un minimum), une cuve de 600L au moins est plus adaptée à leur besoin de place et à leur vitalité. Sans tenir compte non plus qu’ils sont vifs, agités, tout le temps en mouvement et qu’ils vont perturber des poissons plus calmes et qu’ils vont manger tous les œufs, les alevins et tous les invertébrés du bac

On trouve dans certains commerces des jeunes Balantiocheilus, surnommés requins d’argent et des Pangasius qui eux deviennent encore plus grands et atteignent un mètre ! Rares sont les bacs assez grands pour offrir à ces poissons un espace suffisant, ce sont d’excellents nageurs, très actifs et qui sont sans cesse en mouvement. .

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/pangasius1.jpgfile:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/balntio.jpg

Pangasius hypophthalmus, photo © Pierre S qui chausse du 44 🙂  /     Adultes ils mesurent  pas loin d’1 m.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/pangasius.jpgfile:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/balantio.jpgfile:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/panga.jpg

des Pangasius adultes en grand bac

D’autres photos ici ; http://www40.tok2.com

On peut aussi acquérir des Arowana, (Osteoglossum) qui finissent coincés dans un bac de 1.50m et qui ne peuvent quasiment plus se retourner une fois adultes, mais qui sont vendus quand ils mesurent 10 à 12 cm, sans aucune mise en garde et qui vont petit à petit manger tous les autres poissons du bac en grandissant.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-raie/raie3.jpg

Sans trop chercher, on peut aisément se procurer des raies d’eau douce, divers Potamotrygon, qui nécessitent une importante surface sablonneuse au sol et un très grand bac. Heureusement que leur prix élevé décourage généralement les acheteurs potentiels

40 bons centimètres ici

Qui ose prétendre qu’un simple poisson rouge peut vivre convenablement dans 50L ?  Lire l’article sur mes poissons rouges

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-lori/pleco.jpg

D’autres poissons sont vendus comme des «nettoyeurs», il s’agit le plus souvent des Plecostomus, des Glyptoperichthys gibbiceps (50 à 60 cm à l’état sauvage) et des Loricariidés qui atteignent de grandes tailles et démolissent le décor du bac à chaque déplacement

Ces poissons ne devraient pas être disponibles à la vente mais l’argument des vendeurs est généralement que le poisson ne grandit qu’en fonction de la taille du bac. C’est partiellement vrai , effectivement, s’il est coincé dans un bac trop petit un poisson ne parviendra pas à grandir correctement. Les jeunes vont mal se développer, rester plus ou moins nains, souffrir de diverses malformations, mais ils grandiront tout de même au-delà de ce qui est vivable dans un aquarium de 80 ou 120L.

Ils seront plus fragiles et souvent malades puisque stressés. De plus, bon nombre de poissons maintenus dans des conditions défavorables vont développer un comportement anormal : Ils seront cachés en permanence ou au contraire hyper actifs, auront du mal à s’alimenter correctement, n’arriveront jamais à atteindre leur maturité sexuelle, chercheront la compagnie d’autres espèces qui leur ressemblent, ou passeront toute la journée à persécuter les autres poissons…

 

D’autres poissons sont d’une taille raisonnable, mais leur comportement laisse à désirer :

Certaines espèces ont des comportements antagonistes, ces problème se posent de façon très pointue chez les Cichlidés africains par exemple où l’on ne peut pas introduire n’importe quel M’buna dans un bac qui en contient déjà une colonie.

Les poissons du groupe « brichardi » sont capables d’occuper petit à petit tout l’espace en faisant fuir les autres occupants dans la nature ou en les tuant en

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/poisson1/jaune1.jpg

aquarium, ou encore les Melanochromis auratus qui sont de vraies pestes si on tente de les intégrer dans un bac d’ensemble

 

 

 

D’autres sont très jolis, sociables et faciles quand ils sont jeunes mais développent un caractère très territorial et sont agressifs à l’âge adulte. Parmi file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/biotope/-amaz/osacar1.jpgceux-ci on peut penser aux Oscars (Astronotus occelatus) qui mesurent 5 cm quand ils sont vendus mais qui grandissent vite pour atteindre une trentaine de cm et nécessitent alors un gros volume d’eau (500L est un minimum) peuplé de grands poissons non agressifs et d’un décor solide. Introduit sans réfléchir dans un bac communautaire de 200L un Oscar va vite se retrouver tout seul après avoir avalé les autres poissons et réaménagé le décor selon son goût

Dans cette liste non exhaustive des poissons-à-acheter-après-mûre-réflexion, on pourrait aussi penser aux Uaru, qui vont dévaster rapidement tout bac planté, aux Heros severus qui deviennent grands et ont un caractère bien trempé

IMG 2271 - copie

Il faut aussi savoir que certaines espèces vivent en eau douce ou légèrement saumâtre quand ils sont jeunes mais ont besoin d’être maintenus en eau de mer à l’âge adulte. Il s’agit des Scatophagus argus, des Monodactylus argenteus, et de bon nombre de Tetraodons, qui atteignent une taille impressionnante et n’ont pas leur place dans un aquarium planté de 200L, mais devraient être réservés à des grands bacs d’eau de mer.

Les Piranhas, qui sont très nerveux et craintifs, (mais qu’on voit malheureusement de plus en plus souvent à la vente par effet de mode ?)  Ils doivent vivre en banc et recevoir une nourriture adaptée.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/piranass.jpg

D’autres espèces plus petites sont difficiles à nourrir : les poissons couteau Xenomystus nigri et autres Apteronotus albifrons (photo) mesurent environ 30 cm, ont des moeurs nocturnes, ils ne sont actifs que le soir et la nuit, et leurs relations inter et intra spécifiques sont mauvaises. De plus ils ont besoin d’aliments vivants, et feront une vraie hécatombe si on les place dans un bac communautaire peuplé de petites espèces

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/couto.jpg

Attention c’est un poisson électrique, qui chasse de nuit en pleine eau en détectant ses proies à l’aide d’un signal électrique ondulatoire de 1 KHz.
Apteronotus albifrons
Il est particulièrement sensible aux interférences causées par les fréquences étrangères d’autres poissons électriques et attaque aussitôt les intrus qu’il a ainsi détectés.
Il faut éviter de mettre en présence 2 individus dans le même bac car l’un des deux modifiera la fréquence de ses émissions électriques jusqu’à brouiller complétement celle de l’autre. Il y aura donc un domniné qui sera « aveuglé » par le domninant.
Et ça conduit la plupart du temps à la mort du domniné… En les maintenant à plus de 2, il devient trop compliqué de faire du brouillage électrique pour le dominant…
l’Apteronotus ne se déplace que grâce aux ondulations de sa nageoire. En effet, cours de l’évolution, il a troqué quasiment tous ses muscles contre les organes électriques qui lui permettent de ressentir son environnement.
Il est TRES sensible aux changements de paramètres, et exige une eau ABSOLUMENT irréprochable… si vous le voyez blanchir c’est son mucus, et c’est très mauvais signe….

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/masta.jpg

Les Macrognatus et Mastacembelidés atteignent eux aussi de belles dimensions et sont capables de décimer la population d’un bac pendant la nuit, ces poissons sont les rois de l’évasion et se faufilent par n’importe quel interstice. On les retrouve fréquemment au matin, secs et bien morts, sur le tapis devant l’aquarium.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/papillon.jpg

Les poissons papillons (Pantodon buchholzi ) ne sont pas agressifs ni territoriaux mais ce sont des mangeurs très lents et devraient être maintenus en bac spécifique sans concurrence alimentaire pour parvenir à se nourrir correctement… au lieu de végéter 3 ou 6 mois en mourant doucement de faim dans un bac peuplé de poissons vifs et rapides qui vont tout manger sous leur nez.

voir page Biotope africain

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/elefn2.jpg

Le poisson éléphant (Gnathonemus petersii)

mangeur lent qui est bien mieux en bac spécifique, avec un sol de sable fin .

C’est aussi un poisson électrique africain
Dans le même ordre d’idée un poisson comme le Pimelodus pictus n’a pas sa place dans un bac communautaire s’il est peuplé de petits poissons. Il les mangera rapidement !


Il est bien certain que la plupart de nos poissons d’aquariums ont été obtenus par sélection et croisement, à commencer par les poissons rouges qui étaient verts à l’origine et dont la couleur rouge a été obtenue par de patientes sélections.

Mais il devrait y avoir des limites dans ces manipulations, fixées par la déontologie ou par le simple bon sens. On trouve des aberrations, comme ces poissons difformes qui ne parviennent plus à donner naissance normalement à leurs alevins (les Molly ballon), ou ceux qui portent des nageoires si longues et si lourdes qu’elles limitent leur nage, ou encore ceux qui sont dotés d’yeux tournés vers le ciel et de tête monstrueuse.

poissonrouge199poissonrouge111poissonrouge112

Parmi les poissons qui n’ont plus grand chose de naturel, on peut citer les espèces artificiellement colorées, les hybrides créés de toute pièce et les poissons hyper sélectionnés qui ont subi des modifications dues à des croisements consanguins répétés pour fixer un caractère spécifique : nageoires très longues, ventre ballonné, poissons albinos, yeux globuleux ou télescopes

Il est difficile et long de fixer ces caractères.
Les guppys qui portent des nageoires voiles superbes et des couleurs étonnantes sont parfois stériles, les Colisa bleus fluo, qui sont aussi obtenus artificiellement, sont très difficiles à reproduire, ces femelles bien colorées sont souvent infécondes à cause des produits utilisés.
Leur espérance de vie est aussi sérieusement diminuée, suite à ces manipulations.

Les poissons-à-voile

C’est une nouvelle mode…Parmi les poissons à nageoires voiles, les Scalaires par exemple ont du mal à se déplacer, ils sont encombrés par leur dorsale trop haute et trop lourde, dont les voiles sont souvent cassées ou déchirées. On peut aussi penser aux Betta splendens : Non contents de créer des patrons de colorations inédits( blanc, jaune, orange), ou d’obtenir des poissons bi ou tri-colors, certains éleveurs asiatiques ont obtenu des combattants aux nageoires immenses, qui ne sont presque plus capables de nager correctement ; d’autres sélections ont développé chez ces Combattants une hyper agressivité.

wistiti57 1272433591-paracheirodon-innesi-neon-voile-diamantDSC 10600018pa2

Le marché propose aussi depuis peu des M.ramirezi avec des nageoires voiles, et pourtant ces jolis petits Cichlidés n’ont vraiment pas besoin d’être modifiés, ils sont suffisamment colorés dans leur forme naturelle.

Parmi les poissons hyper sélectionnés, se trouvent aussi les albinos. Le gène albinos existe dans les populations sauvages, mais est peu répandu car les poissons blancs ne vivent généralement pas vieux, ils sont trop visibles pour leurs prédateurs. Par contre, en aquarium, il est aisé de favoriser les reproductions avec des couples albinos et rapidement sur quelques générations, on obtient presque 100% d’albinos. Mais cette mutation s’accompagne souvent de diverses tares génétiques qui peuvent compromettre la reproduction ou la santé des animaux.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/cory.rose2.jpg

La couleur jaune ou orange et les yeux rouges de ces poissons ne sont pas toujours d’un effet très agréable. Ils ont l’air d’avoir déteint. Parmi ces albinos, on vend très facilement des Ancistrus, des Plécostomus, des Labéo, des Corydoras aeneus, et même depuis peu divers Cichlidés.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-divers/coryvanille.jpg

Les éleveurs profitent d’ailleurs souvent de leur pâle coloris pour les teindre de couleurs vives sur une partie du corps : des Corydoras blancs et bleus ou blanc et rose…

ici des Corydoras vanille-fraise

un groupe d’Ancistrus albinos….

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/color.jpg

Plusieurs fabricants d’aliments proposent des granulés ou des flocons colorés pour renforcer les couleurs des poissons. Paillettes pour poissons bleus, granulés pour poisson de couleur rouge, souvent d’ailleurs destinés à nourrir des Discus.

La couleur peut être obtenue en distribuant une alimentation très chargée en béta-caroténoïdes, ou par injections ou encore par trempage dans des bains colorants. Les additifs alimentaires permettent de vendre des Scalaire-marlboro, qui sont bien rouges au magasin mais dont la couleur s’atténue après quelques semaines d’une alimentation «normale».

Les additifs alimentaires ne sont pas très toxiques, mais les colorations par piqûres sont plus agressives. Le résultat est aussi éphémère, mais nuit bien plus à la bonne santé du poisson

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/AulonocaraPeacock.jpgfile:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/Oscar_albinos.jpg

Si on préfère les Cichlidés, il est possible d’acheter des Aulonocara qui ont la tête jaune et yeux rouges et un corps bleu, ainsi que divers Aulonocara « OB » ou même des hybrides divers et barioles.

ovoilalb

En cherchant un peu, on peut acquérir des Oscar albinos . (A l’origine Astronotus ocellatus) et l’on trouve aussi des Oscar albinos voile… 🙁

et des Ancistrus voile…

ancistrus-voilesfile:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/biotope/-americain/platy/ballon1.jpg

Parmi les espèces difformes, figurent aussi des Molly ballon. Ils présentent un ventre tout rond, un dos creusé et nagent avec le nez en l’air. Leur espérance de vie est très courte et leur reproduction difficile. La déformation du corps des femelles ne facilitent pas les naissances, on constate souvent le décès de la femelle juste après la naissance et l’apparition de beaucoup d’alevins morts-nés. Le comble du mauvais goût est obtenu avec les Molly ballon albinos

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/poissonrouge111.jpg

Que dire encore de ces malheureux Poissons Rouges qui ont subi pas mal de modifications : on a créé des poissons sans nageoire dorsale, avec une caudale double ou triple, d’autres dotés d’une tête monstrueuse, avec des bosses ou des bulles sous les yeux, des Oranda, des têtes de lion, des télescopes… Depuis des siècles, les sélectionneurs s’en sont donné à cœur joie, mais plus ils s’éloignent des souches d’origine et plus les poissons deviennent fragiles, ont besoin d’eau chaude et de soins attentifs, sont difficiles à reproduire et ne sont plus capables de passer toute l’année dans un étang sous un climat européen

Il existe aussi des poissons qu’on crée de toutes pièces, par hybridation. Il arrive que parfois 2 poissons s’hybrident en aquarium, involontairement, parce qu’on les maintient ensemble sans réfléchir aux risques. Les Vieja synspilus et V. bifasciata par exemple peuvent s’hybrider, tout comme les Cryptoheros, les Haplochromis, les Labidochromis, les Tropheus, les Labeotropheus et autres Pseudotropheus et bien d’autres Cichlidés. On peut laisser vivre ces jeunes mais surtout ne pas les diffuser, ni les vendre ni les donner. Il s’agit de formes chromatiques qui n’ont rien de naturel, même si certains de ces poissons sont effectivement très beaux, on ne devrait pas les trouver en vente dans les bourses ni dans les magasins

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/parot2.jpg

Mais il existe des aquariophiles qui provoquent des hybridations pour créer des nouvelles espèces.
Des Amphilopus citrinellus et des Heros severus ont été volontairement croisés, le produit de ces amours improbables a été baptisé Red Parrot.

C’est grand poisson de forme assez ronde, doté souvent d’un fichu caractère. Sa petite bouche ressemble un peu à un bec de perroquet. Sa couleur varie de l’orange au rouge. (certains sont artificiellement colorés) La colonne vertébrale est arrondie et les nageoires mal formées, il nage assez maladroitement.

file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/parot1.jpg

Pour les colorer de bleu ou de vert, on leur inflige des bains successifs dans des produits chimiques. D’abord dans une solution qui détruit la couche protectrice des écailles, puis un deuxième trempage dans un liquide colorant et un troisième dans un fixatif. Parmi les milliers de poissons trafiqués, beaucoup ne survivent pas à ces manipulations.

Chanda ranga artificiellement colorés.

69696945glass-fish-jpgUnknown


En Asie du Sud-est et plus particulièrement en Malaisie, depuis quelques années, on produit des Flower horn, appelés aussi Hua Luo Han.

Ces nouveautés vendues très cher sont obtenues par des hybridations entre des espèces de grands Cichlidés d’Amérique centrale, essentiellement des Cichlasoma trimaculatus, et Cichlasoma festae. Le but est d’obtenir un grand poisson,( 30 cm environ) les mâles ayant une bosse charnue sur le front et qui sont parés de couleurs très voyantes : rouge, rose, noir, bleu fluo.

Les éleveurs prétendent avoir créé ces poissons sans manipulations génétiques et sans employer de colorants artificiels…juste en sélectionnant et en croisant des espèces. Heureusement que bon nombre des ces «monstres» sont stériles, et s’ils pondent parfois, leurs œufs n’éclosent pas correctement ou les alevins se développent mal.

Ces Flower horn sont généralement très agressifs et ne supportent pas de partager leur aquarium, allant jusqu’à attaquer la main de l’aquariophile qui nettoie le bac.

7222558-cichlid-fishpoissons-de-cichlid-de-flowerhorn-52122089aquarium-fish-flower-horn-fish-blue-screen-42270107discus- -golden 1a3689e2d136ac7d4c06a93969f0751ac3c6b50d67706bfaae3c94e67f10ab779file:///Users/veronique/Documents/Aquaweb/images/-poissons/-moches/Discus_22.jpg

On trouve des Discus blancs, roses, jaunes, orange et bleu, à pois ou à carreaux… Il y a pourtant bien assez de variations de couleurs parmi ces poissons de forme et teinte naturelle, pour qu’il ne soit pas nécessaire d’en fabriquer des nouvelles. Les premiers Discus colorés s’éloignant vraiment des souches sauvages comme les Turquoises bleus ou rouges et les Cobalt, étaient les Pigeons blood commercialisés vers 1990, puis rapidement sont apparus les Snake skin, les marlboro-rouges, les bicolores, les Gold, les Ghost, Snow, etc…et tout récemment des Discus-papillon, au corps court et aux nageoires très hautes.

discus

Il n’est évidemment pas question d’interdire à la vente telle ou telle espèce, mais de recommander aux acheteurs de faire preuve de curiosité : il faut bien se documenter AVANT d’acquérir des poissons, pour connaître leurs vrais besoins et ne pas se fier seulement aux conseils des marchands. Il faut éviter l’achat impulsif ou coup de cœur, qui risque souvent de mal finir. Nos poissons sont des êtres vivants à qui l’on impose une vie artificielle, dans des volumes généralement petits et à qui l’aquariophile sérieux doit au moins fournir des bonnes conditions de vie.

L ‘exemple le plus simple et malheureusement le plus courant reste le pauvre poisson rouge difforme, condamné à sur-vivre dans un bocal trop petit…

© V.Ivanov, décembre.2004-2016